• IMG_1826

    Session du Conseil Régional

    La session régionale de ce vendredi 13 octobre a été l’occasion de remplacer deux Vice-présidents de la majorité, démissionnaires cet été. Et pas des moindres puisqu’il s’agissait des élus en charge des portefeuilles fe l’Economie et de la Formation- Apprentissage.
    A mi-mandat, cette réorganisation vient compliquer des conditions de fonctionnement déjà extrêmement difficiles.
    La Région n’est toujours pas en ordre de marche.

    Madame Dufay a d’ailleurs ouvert la séance en bafouant le règlement intérieur de l’assemblée pour donner la parole à Sophie Montel, Conseillère régionale non-inscrite.

    Cela va à l’encontre des décisions arbitrées lors de la conférence des Présidents et enfreint l’article 44 du règlement intérieur du Conseil Régional.

    J’ai demandé à la Présidente de Région de respecter le règlement. Il en va de la crédibilité des débats au sein de l’Assemblée régionale.

    L’exécutif régional devrait plutôt consacrer ses forces à accélèrer. Dans tous les domaines.

    Notamment en matière agricole. La Région, notamment au travers du nouveau Plan Régional de Developpement Agricole, doit désormais assurer la continuité du soutien à nos agriculteurs. Elle ne doit pas seulement le faire des mots ou des fiches dans un schéma. Elle doit y mettre des moyens financiers. C’est urgent.
    400 000€ dédiés aux difficultés dans les filières, c’est insuffisant. Ce n’est pas à la hauteur des effets d’annonce et encore moins des enjeux.
    Je considère également que les collectivités doivent travailler ensemble dès maintenant sur l’adaptation au changement climatique. Particulièrement sur la problématique de la ressource en eau.
    Cette question est centrale en matière agricole. Elle est trop peu présente dans la stratégie régionale.

    Cette session a également été l’occasion de rappeler à l’exécutif régional que les Maires n’ont pas à découvrir dans le journal la fermeture future de leurs gares. Alors même qu’elles n’ont pas été évoquées, et encore moins délibérées, par les élus régionaux.
    On ne peut pas prendre de telles décisions, qui ont un impact irrémédiable sur la vie de nos concitoyens, sans concertation ni débat.