• IMG_7758

    Session du Conseil départemental

    Lundi 27 février, le Conseil départemental de la Côte-d’Or était réuni en formation plénière sous la présidence de François Sauvadet. Les élus ont beaucoup débattu sur les compétences du Département -sécurisation des collèges, accueil des mineurs non accompagnés, refonte de la politique jeunesse, nouveau Schéma Départemental des Services aux Familles ou contrats « Cap 100% Côte-d’Or » pour soutenir les territoires- mais pas seulement. Les questions de la future métropole dijonnaise et de la gratuité des transports scolaires se sont également invitées dans les débats.

    Sur le premier sujet, François Sauvadet a tempéré les ardeurs de ceux qui ne jurent que par le fait métropolitain. Si le Président du Conseil départemental a souligné que la métropole dijonnaise est une chance pour le Département de la Côte-d’Or et la Région Bourgogne-Franche-Comté, il a demandé qu’elle s’ouvre et rayonne sur tout le territoire, pas qu’elle se replie sur elle-même. François Sauvadet a ensuite rappelé que la métropole dijonnaise n’était pas encore officiellement créée et qu’il était donc un peu tôt pour parler de transfert de compétences. Mais parce qu’il a les cartes en mains, François Sauvadet a toutefois concédé quelques pistes : les collèges resteront dans le giron du Conseil départemental et la prévention spécialisée fera partie des compétences qui seront transférées à la métropole.

    Concernant les transports scolaires, les conventions formalisant le transfert de cette compétence à la Région Bourgogne-Franche-Comté ont été examinées par les élus. Présentant un vœu des conseillers départementaux de la majorité, François Sauvadet a de nouveau tiré la sonnette d’alarme sur les récentes annonces de la Région. Revenant sur leurs promesses de campagne, Marie-Guite Dufay et Michel Neugnot ont en effet plusieurs fois annoncé que les transports scolaires resteraient gratuits mais que des frais de dossier pourraient être réclamés aux familles. Du gratuit payant donc. Car les frais de dossiers pourraient atteindre 120 euros par élève transporté. Les élus de la majorité ont donc voté un vœu réclamant le respect de la promesse de campagne de Marie-Guite Dufay et le maintien de la gratuité des transports scolaires. La gauche n’ayant pas eu le temps de « travailler en amont » sur le vœu, ses élus n’ont pas participé au vote…