Navigation

Le blog-notes

  • Vitteaux doit être le point de départ du rassemblement de la droite et du centre et de la reconquête des territoires…

    I have a dream. J’ai fait un rêve. J’ai rêvé que mon camp était rassemblé. J’ai rêvé que la droite et le centre étaient unis. J’ai rêvé que Les Républicains, l’UDI et les Indépendants proposaient un visage apaisé et une alternative crédible et cohérente aux Bourguignons et aux Francs-Comtois.

    En tant que président du groupe d’opposition de la droite et du centre au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, j’ai le devoir d’œuvrer en vue de ce rassemblement. Je veux m’y atteler et apporter ma pierre au débat.

    C’est l’un des objectifs de la Fête des Bourguignons et Francs-Comtois que j’organise ce samedi 1er septembre à Vitteaux.

    Je pense en effet que la droite et le centre doivent en finir avec les chicayas et autres querelles picrocholines et stériles qui alimentent régulièrement la chronique médiatique. Nos concitoyens nous disent désormais régulièrement, lors de chaque scrutin, qu’ils ne veulent plus de ces attitudes.

    En cette période de rentrée politique, la droite et le centre ont une responsabilité nouvelle devant eux. Le mirage du « Nouveau Monde » s’estompe, la gauche n’en finit pas de se déchirer, les extrêmes ne seront jamais la solution.

    Emmanuel Macron et sa « start-up nation » ont montré leurs limites. On ne gère pas un pays comme on manage une entreprise. Surtout, on ne dirige pas la France, seul, à l’Elysée, en faisant fi du Parlement et sans écouter le peuple.

    La gauche, de plus en plus plurielle, ne s’est pas encore remise de ses échecs répétés du quinquennat Hollande. Elle continue de promouvoir ses vieilles recettes dogmatiques alimentées par toujours plus de dépense publique.

    Mélenchon et Le Pen sont continuellement dans l’outrance et la critique systématique, sans pouvoir proposer une solution politique viable. Ils sont dans l’opposition stérile. Pour exister. Pas pour gouverner.

    La droite et le centre ont donc une responsabilité. A conditions d’incarner une solution politique alternative, novatrice et crédible. Pour cela, il faut présenter un visage uni, apaisé, rassurant, engagé et cohérent. Avec un seul constat : ce qui nous rassemble est infiniment plus fort que ce qui nous divise.

    Je veux que la Fête de Vitteaux soit placée sous le signe de l’union et de la réconciliation. Le point de départ de la reconquête. Car il faut préparer, dès maintenant, les prochaines échéances électorales. Jusqu’en 2021, chaque année verra en effet un ou plusieurs scrutins se dérouler. Les européennes en 2019, les municipales et les sénatoriales en 2020, les départementales et les régionales en 2021.

    A mon sens, il convient d’appréhender ces différentes échéances en un seul bloc. Avec d’abord le programme et le projet, ensuite les candidats.

    Au niveau du programme, il faudrait dégager quelques grandes mesures facilement identifiables. Cinq ou six idées-forces pour toute la Bourgogne-Franche-Comté qu’on pourrait ensuite décliner au niveau municipal et départemental. Par exemple, sur la grande et incontournable thématique de l’accompagnement des acteurs du monde agricole, le projet comporterait toute une série d’initiatives applicables à la ville, au département ou à la région.

    Ce « projet BFC » pourrait être alimenté par les citoyens via un site web participatif. Parce qu’on est plus intelligent à plusieurs. Une fois rédigé et validé, il s’imposerait à tous nos candidats. Charge ensuite à eux de défendre cette plateforme commune à l’occasion des différents scrutins.

    Après le projet, place aux candidats. Et là encore, je propose d’innover. Imaginons un « package » de candidats pour tous les scrutins à venir. Réunissons tous les grands élus et responsables de nos différents partis de Bourgogne-Franche-Comté, déterminons ensemble une stratégie commune et choisissons ensemble ceux qui défendront nos couleurs lors des élections de 2019 à 2021. Dès maintenant. Avec l’obligation pour ceux qui auront été désignés de s’engager à soutenir tous les autres candidats.

    Cette méthode aurait l’immense avantage de la clarté. En élaborant un programme dès maintenant, en choisissant tous nos candidats rapidement, nous pourrions faire campagne longuement auprès des Bourguignons et des Francs-Comtois en promouvant nos idées. Nous éviterions surtout de nous déchirer à l’occasion de chaque scrutin, au risque d’occulter nos propositions et de présenter aux Français l’image de partis divisés. Une image que nos concitoyens ne veulent plus voir.

    Tout ceci est bien sûr à discuter et à peaufiner. Ce n’est qu’une contribution parmi tant d’autres. C’est ma contribution.

    Mais quoi qu’il en soit, la Fête de Vitteaux, samedi 1er septembre, doit être un rendez-vous novateur et dynamique. Le point de départ du rassemblement de la droite et du centre de Bourgogne-Franche-Comté et de la reconquête des territoires…