Navigation

Le blog-notes

  • Merci pour ce moment…

    Alors que François Hollande multiplie les commémorations, inaugurations et autres excursions, en attendant son départ de l’Elysée prévu à la mi-mai, on peut d’ores et déjà tirer un premier bilan de son quinquennat.

    On a coutume de dire qu’on ne voit les choses positives que longtemps après. En prenant un peu de recul. Peut-être. Car dans le cas de François Hollande, les actions positives de son quinquennat ne sautent pas vraiment aux yeux alors qu’il s’apprête à quitter l’Elysée.

    Par contre, entre errements politiques, erreurs économiques et fautes personnelles, il y a beaucoup à dire.

     

    Errements politiques d’abord.

    En 2012, François Hollande a été élu. Sa campagne à gauche toute lui a en effet permis de rassembler largement son camp. On se souvient notamment du fameux discours du Bourget et du non moins fameux « Mon ennemi, c’est la finance » qui avaient mis en transe ses supporters, tout à la promesse d’une taxation à 75%.

    La chute n’en a été que plus rude. Le tournant social-libéral de Hollande en 2014 a profondément divisé ses partisans. C’est ce changement de cap qui est à l’origine du schisme socialiste actuel.

    Errements politiques toujours quand le candidat Hollande s’était présenté, durant la campagne, en père la vertu pour mieux stigmatiser son rival d’alors, Nicolas Sarkozy, et se démarquer de pratiques du pouvoir qu’il jugeait contestables.

    Continue Reading