• IMG_0901

    J’appelle tous les électeurs de la droite et du centre à faire bloc derrière les candidats LR et UDI pour les législatives de juin

    Les Français ont décidé qu’Emmanuel Macron sera le prochain Président de la République.

    Même si ce n’était pas mon choix initial, je me félicite que le candidat républicain l’ait emporté face à la candidate du FN.

    Mais chacun sait bien aujourd’hui que le nouveau Président de la République n’aura pas d’état de grâce. Le pays est profondément fracturé. La présence du FN au deuxième tour de la présidentielle, avec près de 35% des voix, en est l’illustration. 

    La faible participation -un record depuis 1969- et les quelque 4 millions de votes blancs et nuls montrent également que le nouveau Président n’a pas suscité un vote massif d’adhésion.

    Désormais, c’est un troisième tour qui va se jouer avec les élections législatives. 

    Les rapprochements entre En Marche et les élus PS ont d’ores et déjà commencé en coulisses et les accords d’appareils, qu’Emmanuel Macron avait reniés durant la campagne, ne manqueront pas d’éclater publiquement dans les jours à venir.

    Or, les cinq prochaines années ne doivent pas s’inscrire dans la continuité du quinquennat qui s’achève. Il faut à notre pays une majorité claire de la droite et du centre.

    J’appelle dès ce soir tous les électeurs de la droite et du centre à faire bloc derrière les candidats Républicains et UDI et François Baroin qui conduira le combat des législatives des 11 et 18 juin. 

    Avoir une majorité de la droite et du centre à l’Assemblée nationale est tout à fait possible au soir du dimanche 18 juin prochain. Mais nous ne devons pas reproduire les mêmes erreurs que pour la présidentielle. 

    Face à un FN qui reste très élevé, il y a en effet un risque d’élimination de nos candidats dans de nombreuses circonscriptions.

    Aussi, je redis qu’il n’y pas de place pour les dissidences et les aventures personnelles dans la bataille qui nous attend.

    C’est pourquoi j’appelle solennellement Hubert Brigand à retirer sa candidature dissidente. Il ne peut pas prendre le risque de faire battre son camp et de faire gagner la gauche, ou pire, le Front National. Je lui demande donc de se ranger derrière Charles Barrière, le seul candidat à pouvoir se prévaloir du soutien de la droite et du centre. Et cela vaut également pour François-Xavier Dugourd.

    Dès demain, je serai sur le terrain, en Côte-d’Or, pour soutenir les cinq candidats que Les Républicains et l’UDI ont investis. Et eux-seuls.