• Capture d’écran 2017-09-03 à 15.24.14

    Fête de la Droite et du Centre en Bourgogne-Franche-Comté, à Vitteaux

    C’est une rentrée particulière et inédite au plan politique.

    En moins de 100 jours, l’homme providentiel de juin a réussi la prouesse de faire 60% de mécontents en septembre.

    Il y a une raison à cela : Emmanuel Macron a été élu sur une ambigüité totale.

    Du candidat de la rénovation, les Français ont découvert un jeune homme ambitieux mais qui porte une vision parisianiste, technocratique, dépassée du pouvoir.

    Nous l’avions dénoncé pendant la campagne électorale. Nous n’avons pas été entendus.

    Nous avons échoué collectivement : Droite et Gauche, empêtrés dans des Primaires dont on a vu les effets.

    Ni Les Républicains tout seul dans leur coin, divisés, ni l’UDI toute seule dans son coin, divisée, ne pourront proposer un nouvel espoir aux Français.

    Il faut rassembler, faire des 67 millions de cerveaux la source de la reconstruction de notre pays. Bien au-delà de l’illusion participative qu’a donnée Emmanuel Macron.

    Evidemment nous pouvons nous retrouver sur certains dossiers. Il n’y a pas besoin de se déclarer « constructifs » pour ça. Simplement responsable et cohérent, sans renier ce qu’on disait hier.

    Mais il est temps de réaffirmer nos fondamentaux et de les inscrire dans notre temps.

    Avec mes collègues Conseillers régionaux, je lancerai prochainement en Bourgogne – Franche-Comté une grande plateforme numérique de dialogue dans chaque département, sur le modèle des cahiers de doléances.

    Je veux inviter tous nos compatriotes qui ont envie de s’exprimer à le faire. Dans tous les domaines

    Les prochaines échéances, ce n’est pas dans 5 ans, ce sont les élections municipales. Il reste 3 ans pour faire de la Bourgogne Franche-Comté le laboratoire de la démocratie du 21e siècle.