• Emmanuel Macron : ersatz de François Hollande ?

    Emmanuel Macron a dévoilé les grandes lignes de son programme jeudi 2 mars. On allait enfin pouvoir juger la pertinence de l’ordonnance du Docteur Macron pour guérir la France de la maladie provoquée par un virus particulièrement violent, malgré son nom rassurant, la « gauche molle », depuis juin 2012.

    Cinq ans après, le malade est dans un état préoccupant. Il nécessite un traitement de choc. Pas d’homéopathie.

    Pourtant, à la lecture des 17 pages de ce programme « ni de droite ni de gauche », revendiqué par Emmanuel Macron, on a une curieuse impression. Un sentiment diffus de déception mêlée de découragement.

    Ce catalogue à la Prévert de mesures d’inspiration sociale-libérale serait donc la solution pour redresser le pays ?

    Fabriqué pour ne froisser personne, le programme de Macron a réussi à s’attirer des critiques de tous les camps. De la gauche, effarée par tant d' »audaces », et de la droite, estomaquée par un tel manque de courage.

    Au final, Emmanuel Macron fait du François Hollande. De la synthèse molle. Sans risque. Sans les réformes radicales et essentielles dont le pays a besoin. Celle que le Chef de l’Etat sert depuis 2012. Une politique sans inspiration qui a mis la France à genoux.

    Surprenant ?

    Aucunement. Emmanuel Macron est l’héritier naturel et désigné de François Hollande. Attendons un peu mais je suis prêt à prendre le pari que, tôt ou tard, François Hollande appellera à voter pour son ancien conseiller. Il faut rappeler, encore et toujours, que la politique économique de notre pays a été inspirée par Emmanuel Macron, quand il était conseiller à l’Elysée, puis mis en œuvre par le même Macron devenu ministre de l’Economie. Rien d’étonnant, donc, que Macron continue de faire du Hollande.

    En plus, ce programme a été élaboré par des experts parisiens pour les Parisiens. Un exemple ?

    Le Marcheur souhaite ni plus moins supprimer les Départements là où existent des métropoles. Il veut soi-disant « réduire le millefeuille administratif ».

    Grosse erreur. Erreur de technocrates en déconnexion avec la majorité des Français. Erreur d’élites parisiennes qui ne jurent que par la métropole et qui méconnaissent le rôle des collectivités départementales. Un rôle de proximité et d’accompagnement des plus démunis de nos compatriotes.

    Non, décidément, le programme « ni de gauche ni de droite » d’Emmanuel Macron n’est pas à la hauteur. Pour ceux qui en doutaient encore, la preuve est faite : Macron est bel et bien un ersatz de Hollande…