• logo_cd_cotedor

    François Sauvadet et Vincent Dancourt face aux revendications du syndicat autonome : oui à l’écoute, non aux menaces

    Le syndicat autonome SPP-PATS du Service départemental d’incendie et de secours de Côte-d’Or a récemment entamé un mouvement de protestation reposant sur deux revendications, relatives à la prise en compte d’un risque sanitaire lié aux fumées froides et à la création de 25 postes. Une délégation a été reçue par Vincent Dancourt, Président du SDIS21, lundi 23 avril, pendant près de 3 heures.

    Nous regrettons la méthode employée par le syndicat autonome, qui n’a pas cru bon solliciter préalablement le Président du SDIS21 ou le Président du Conseil départemental pour détailler leurs revendications, avant de lancer une journée d’actions.

    Nous le regrettons d’autant plus que notre porte est toujours ouverte et que le dialogue social au Conseil départemental comme au SDIS s’est toujours déroulé de façon franche et responsable.

    Sur la première revendication, François Sauvadet et Vincent Dancourt ont confirmé qu’il n’était pas question de transiger sur la sécurité et la santé des pompiers. Comme cela a été annoncé il y a plusieurs semaines, tous les moyens nécessaires à la prise en compte de ce risque seront donc mis en œuvre le plus rapidement possible, un Comité d’Hygiène et de Sécurité sur ce thème ayant déjà été programmé bien avant cette revendication.

    Sur la seconde revendication, le Président du Conseil départemental et le Président du SDIS ont dit leur volonté de disposer de tous les éléments factuels pour dresser un état des lieux objectifs de la situation.

    Alors que le contexte budgétaire actuel n’a jamais été aussi contraint, le Département de la Côte-d’Or a augmenté sa contribution au bénéfice du SDIS en 2017 et en 2018. Que ce soit dans la passé, au présent ou à l’avenir, la sécurité des Côte-d’Oriens assurée pour la part qui leur revient aux sapeurs-pompiers n’est pas une variable d’ajustement.

    Vincent Dancourt a proposé au syndicat autonome des sapeurs-pompiers professionnels un rendez-vous le 11 mai prochain pour examiner les éléments qui, selon cette organisation professionnelle, « compromettent » les capacités d’intervention du SDIS. Il s’est dit prêt à examiner l’ensemble des facteurs qui pourraient causer des difficultés pour disposer de sapeurs-pompiers disponibles et formés, dont tous les territoires ont besoin pour assurer les secours.

    Cette méthode de travail et ce délai ont été validés par le président et le vice président de l’organisation syndicale reçus lundi 23 avril. Ce mardi 24 avril, le président du syndicat a indiqué que cette méthode ne convenait plus à son organisation.

    Certains agents ont alors menacé de perturber la célébration organisée ce samedi 28 avril pour l’inauguration du centre de secours de Vitteaux. Cette cérémonie est donc annulée.

    Si François Sauvadet, Vincent Dancourt et les services seront toujours disponibles pour négocier, ils n’ont pas l’intention de revenir sur les termes des accords de la réunion du 23 avril et prennent acte de la volonté de rupture unilatérale de la discussion par l’organisation syndicale.

  • logo_cd_cotedor

    La Côte-d’Or oubliée du plan national Action Cœur de Ville

    Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, vient de dévoiler la liste des 222 villes moyennes sélectionnées dans le cadre du plan national « Action Cœur de Ville ». Ce plan prévoit la mobilisation de 5 milliards d’euros sur cinq ans pour renforcer l’attractivité des centres-villes des communes sélectionnées.

    Tous les départements de France et de Navarre ont une ou plusieurs lauréates. Tous sauf deux, la Haute-Garonne et la Côte-d’Or. Pourtant, la Côte-d’Or compte plusieurs villes moyennes qui auraient pu -ou dû- être éligibles au dispositif de l’Etat. Pourquoi Beaune, plus de 22.000 habitants, qui remplit tous les critères, n’a pas été sélectionnée ?

    Mais surtout, je m’interroge sur la stratégie du Gouvernement avec ce programme qui, une fois encore, privilégie les plus grandes villes. On sait que les territoires ruraux sont les grands oubliés des politiques impulsées par l’exécutif. Mais pourquoi oublier également les petites villes ? Ces communes de 4.000 à 10.000 habitants qui jouent un rôle essentiel d’aménagement du territoire dans nos campagnes.

    En Côte-d’Or, Montbard, Auxonne, Châtillon-sur-Seine ou Nuits-Saint-Georges ne méritent-elles pas d’être soutenues par le pouvoir central ? Et en Bourgogne-Franche-Comté, quid de Joigny, Avallon ou Migennes, dans l’Yonne ; Lure ou Héricourt, en Haute-Saône ; Paray-le-Monial ou Digoin, en Saône-et-Loire ; Varennes-Vauzelles ou Decize, dans la Nièvre ; Saint-Claude ou Morez, dans le Jura ; Morteau ou Bethoncourt, dans le Doubs ; Delle, dans le Territoire de Belfort.

    Ces cités n’ont-elles pas besoin, elles-aussi, d’un coup de pouce de l’Etat pour rayonner davantage sur les territoires ? Bien sûr que si. Aider les petites villes aurait plus de sens que concentrer les rares moyens financiers sur les villes moyennes.

    Le Gouvernement a choisi de privilégier les métropoles et les villes moyennes. Les petites villes, les communes rurales et les territoires n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

    Mais on commence à être habitués…

    J’ai écrit au ministre de la Cohésion des Territoires pour lui faire part de notre mécontentement.

  • logo_cd_cotedor

    La Côte-d’Or s’associe à l’hommage national rendu à Arnaud Beltrame

    En se substituant à une femme otage, lors de l’attaque terroriste de Trèbes, dans l’Aude, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a fait preuve d’un courage hors du commun. Il a payé de sa vie son acte de bravoure.

    Un hommage national lui sera rendu ce mercredi 28 mars, aux Invalides. L’heure est à la concorde. La Nation se doit de mettre à l’honneur ceux qui font le sacrifice de leur vie pour protéger nos compatriotes et de perpétrer leur souvenir.

    Le Conseil départemental de la Côte-d’Or que je préside souhaite s’associer à cet hommage national à Arnaud Beltrame.

    J’ai demandé que les drapeaux de tous les bâtiments départementaux soient mis en berne et qu’une minute de silence soit observée par l’ensemble des agents départementaux à 11h30, au moment où le Chef de l’Etat prononcera l’éloge funèbre de ce héros de la Nation.

    Je souhaite que tous les Côte-d’Oriens puissent se recueillir et rendre un hommage solennel à celui qui a donné sa vie pour défendre une autre vie, et en souvenir des trois autres concitoyens lâchement assassinés lors de cet acte terroriste.

Page 1 sur 1812345...10...Dernière page »