• Sans titre1

    Cinq départements de Bourgogne-Franche-Comté choisissent Orange pour exploiter et commercialiser leurs réseaux fibres : jusqu’à 388 000 logements seront raccordés

    Le 13 février au ministère, André Accary, Président de la SPL Bourgogne Franche-Comté Numérique et Stéphane Richard, Président-Directeur Général d’Orange, entourés de François Sauvadet, président du Département de Côte-d’Or, Clément Pernot, président du Département du Jura, Malika Ounès, vice-présidente du Département de l’Yonne et le sénateur Patrice Joly, représentant Nièvre Numérique, ont signé le contrat d’affermage d’une durée de 15 ans entre la SPL et Orange, en présence de Delphine Gény-Stephann, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie et des finances.

    L’appel d’offres a désigné Orange pour assurer cette prestation d’exploitation technique et commerciale des 388 000 nouvelles prises prévues dans ces 5 départements, avec 244 000 prises minimum garanties et plus de 310 000 prises prévues à horizon 2022, pouvant aller jusqu’à 388 000 prises à terme.

    Priorité des départements, le développement des réseaux FttH est un enjeu déterminant pour l’attractivité et le développement économique des territoires. Il constitue également un besoin croissant pour les habitants. C’est pour répondre à ce besoin que les départements de Saône-et-Loire, de Côte-d’Or, de l’Yonne, de la Nièvre et du Jura se sont associés au sein d’une Société Publique Locale (BFC Numérique). Cette entité est chargée d’exploiter et de commercialiser en commun les réseaux fibres réalisés par les départements dans chacun de leurs territoires.

    Il s’agit de la deuxième du genre en France après l’Aquitaine, mais la première de cette envergure. Pour accomplir ces missions, la SPL, dotée d’un capital de 2.4 M d’euros répartis à parts égales entre actionnaires, avait besoin de s’adjoindre les compétences d’un opérateur de commercialisation auprès des fournisseurs d’accès à Internet.

    Delphine Gény-Stephann, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie et des finances : « Comme annoncé par le Président de la République lors de la Conférence des territoires de juillet 2017, l’accélération de la couverture numérique des territoires est une des priorités du Gouvernement. En matière d’internet fixe, nos objectifs sont de couvrir tout le territoire en bon haut débit d’ici 2020 et en très haut débit d’ici 2022. La connectivité des Français et de nos territoires est un enjeu fondamental pour le développement économique. C’est un défi qui nécessite une mobilisation générale, celle de l’Etat mais aussi des collectivités et des acteurs privés. A ce titre, je me réjouis de la conclusion de ce partenariat entre Orange et 5 départements de Bourgogne-Franche-Comté. »

    Stéphane Richard, Président – Directeur Général d’Orange : « Je me réjouis de l’excellente coopération entre Orange et  les collectivités de Bourgogne-Franche-Comté pour accélérer le déploiement du Très Haut Débit dans la région. Notre ambition est claire : permettre au grand public, aux entreprises et aux administrations, tant en zone urbaine qu’en zone rurale, de profiter en toute confiance de la révolution numérique, avec un réseau 100% fibre apportant une qualité de service inégalable. »

    André Accary, président de la SPL BFC Numérique : « L’arrivée du Très Haut Débit est indispensable pour l’attractivité de nos territoires : pour nos entreprises, c’est une bouffée d’oxygène ; pour nos habitants, c’est apporter des solutions pour vivre partout là où ils ont choisi d’habiter. Cette signature, c’est l’affirmation de l’action publique au service des citoyens. C’est la preuve de la capacité que nous avons, en conjuguant nos efforts, à relever les défis de demain pour nos concitoyens. »

    François Sauvadet, président de la Côte d’Or, siège de la SPL BFC Numérique : « Le modèle porté par la SPL BFC Numérique est une solution moderne et pragmatique fondée sur le respect du « mix technologique » porté par chaque Département, avec une mutualisation de l’exploitation, de la commercialisation et de la maintenance de leurs réseaux fibres. Si ce modèle a pu interroger, il fait aujourd’hui la preuve de son efficacité. Sa souplesse et son adaptation à chaque territoire sont l’une des clés qui permettra de répondre à l’ambition du Président de la République et du Gouvernement de raccorder tous les Français au haut débit d’ici 2020 et au très haut débit d’ici 2022. Par ailleurs, je tiens à féliciter Stéphane Richard, PDG d’Orange, qui a une pleine conscience de ses responsabilités à la tête de l’opérateur historique pour accompagner le déploiement de la fibre dans nos territoires. » 

  • IMG_4141

    Présentation du Budget 2018 du Conseil Départemental à la FRTP Bourgogne-Franche-Comté

    Ce jeudi 8 février, j’ai présenté à la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté le Budget dont le Conseil Département a décidé de se doter pour l’année 2018.
    Après 4 années de baisse continue de la commande publique en France, la reprise s’est enfin confirmée en 2017 (+7,1 %). Le Baromètre de la Commande publique en France a même confirmé la place prépondérante des collectivités locales dans les marchés publics, qui s’établissait à 54 % l’année dernière, contre seulement 16 % pour l’Etat.
    Indéniablement, le Département soutient cette reprise, puisque nous avons fait la part belle à l’investissement, qui atteint 103 M€ dans le Budget 2018 de la Côte-d’Or.
    Le déploiement du Très Haut Débit, les grandes opérations routières de Beaune, de Mirebeau-sur-Bèze, ou encore la signature de notre grand dispositif d’investissement dans tous les cantons (les contrats « Cap 100 % Côte-d’Or ») figurent parmi les grands chantiers de la mandature, pour lesquels nos entreprises sont parties prenantes.
    En effet, ces marchés soutiennent l’emploi local, puisque 80 % des marchés publics que nous passons sont notifiés à des entreprises côte-d’oriennes, et 92 % à des sociétés bourguignonnes.
  • IMG_1841

    Réunion des principaux des collèges de Côte-d’Or au MuséoParc d’Alésia

    L’ensemble des principaux des collèges de Côte-d’Or étaient réunis hier, mercredi 7 février, au MuséoParc d’Alésia, à Alise-Sainte-Reine.

    En présence d’Evelyne Greusard, Directrice académique de l’Education nationale, de Catherine Louis, vice-présidente du Conseil départemental, et des cadres des services du Département, j’ai présenté aux chefs d’établissement la politique de la collectivité départementale en direction des collèges.

    Alors que la problématique de l’aménagement des territoires n’a jamais été aussi prégnante, la sectorisation des collèges doit être abordée avec vigilance. Pendant que les effectifs augmentent dans l’agglomération dijonnaise, ils baissent dans les 28 autres collèges publics du département. J’ai redis aux principaux de collège qu’aucun établissement ne fermera en Côte-d’Or d’ici à 2021, sauf absolue nécessité pédagogique. Le collège représente à mes yeux un outil essentiel pour une politique d’aménagement harmonieux du territoire. 

    De même, alors que se profile un transfert de compétences entre le Département et la Métropole dijonnaise, j’ai confirmé que tous les collèges resteraient bien de compétence départementale. Il serait préjudiciable, à mes yeux, que les collégiens des campagnes ne bénéficient pas des mêmes conditions d’enseignement que les collégiens des villes.

    J’ai également évoqué le transfert de la compétence transports scolaires à la Région. J’avais voté contre la loi NOTRé qui a mis en oeuvre ce transfert, lequel est désormais de la compétence de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Je resterai vigilant sur le sujet. Le Conseil départemental de la Côte-d’Or a donné tous les moyens financiers et humains à la Région pour assumer ce transfert dans les meilleures conditions : je veillerai donc à ce que le transport scolaire reste de qualité et, surtout, gratuit pour les familles côte-d’oriennes.

    Avec les principaux, nous avons par ailleurs fait un point d’étape sur le 3ème Plan Collège Numérique 2017-2021, pour que tous les établissements, qu’ils soient en agglomération ou dans les zones rurales, bénéficient rapidement du Très Haut Débit. L’enjeu est considérable, pour que tous les collégiens profitent de la révolution numérique.

    La tarification de la restauration scolaire, les conditions de travail des agents techniques, le bio dans les cantines ou les dispositifs Futurs 21 ou « parents connectés » ont enfin été évoqués lors de cette réunion particulièrement fructueuse, qui s’est terminée par une visite guidée du MuséoParc.

Page 1 sur 5712345...102030...Dernière page »