• logo_cd_cotedor

    Avec la liquidation des Editions de l’Armançon, c’est une partie du patrimoine de la Côte-d’Or qui disparaît

    J’ai appris aujourd’hui la liquidation des Editions de l’Armançon, fondées en 1987, à Précy-sous-Thil par Gérard et Chantal Gautier.

    Cette disparition m’attriste.

    Depuis plus de 30 ans, cette maison d’édition atypique avait œuvré sans relâche à la promotion de la Bourgogne et de ses trésors. Plus de 330 titres et une centaine d’auteurs publiés font des Editions de l’Armançon un catalogue de tout ce que la Bourgogne compte d’écrivains.

    Parisien d’origine, Gérard Gautier avait posé ses valises sur les bords de l’Armançon, cette petite rivière qui prend sa source en Côte-d’Or avant de se jeter dans l’Yonne, 200 km plus loin. Ce spécialiste d’Henri Vincenot avait alors créé sa propre maison d’édition dont l’ambition était de « promouvoir la Bourgogne par la publication d’ouvrages ayant trait à la région et l’édition de textes d’auteurs nés ou vivants en Bourgogne ».

    La perte de nombreux clients bourguignons, la fermeture de plusieurs points de vente et le manque de visibilité de la petite maison d’édition dans la presse régionale ont eu raison de la volonté et du dynamisme de Gérard Gautier.

    Avec la fermeture des Editions de l’Armançon, c’est une partie du patrimoine de la Côte-d’Or qui disparaît. C’est un peu de nos villages et de nos territoires qui perdent de leur éclat. Surtout, c’est la voix des écrivains bourguignons qui s’éteint.